MADERE

 
- Notre hébergement à Paul da Serra

- Porto Moniz

- Randonnée : levada n°2

PAUL DA SERRA

Après être allés chercher notre voiture de location chez EUROPCAR (détails sur les prix du loueur au début du récit de voyage) à FUNCHAL, nous partons pour Paul Da Serra, pour nous rapprocher des randonnées sur Rabaçal. 

L'île est petite mais les routes sont très sinueuses; nous arrivons enfin sur le plateau PAUL DA SERRA (il ressemble à une lande sauvage) et descendons à notre hôtel PICO DA URZE complètement isolé mais face à l'océan que nous n'aurons guère l'occasion de voir, la météo étant catastrophique alors que nous sommes début mai! (la semaine d’avant, une de mes amies y était et il faisait beau !).

Il est 10 heures du matin et un froid glacial nous saisit en sortant de la voiture. La température est descendue à 4 degrés! Nous ne nous attendions pas à une telle température un 1er mai!

Comme il fait vraiment trop froid et qu'il y a de la brume, nous décidons de visiter le sud-ouest de l'île et d'aller voir entre autres ...


Voici les piscines naturelles de PORTO MONIZ mais nous sommes début mai et un petit 18° n'engage pas à la baignade!

Le lendemain, brouillard et grande fraîcheur (encore 4 degrés) ne nous engagent pas non plus à partir aux 25 sources car nous serons dans le brouillard. Nous allons donc redescendre vers la mer pour à nouveau trouver la chaleur et un peu de soleil, si c'est possible!


Levada da Norte (N°2 guide Rother)

Nous partons pour la levada da Norte, la numéro 2. D'une température de  4 degrés, nous passons sur la côte sud à 18 degrés, bref un temps agréable pour randonner.

On peut parquer la voiture juste à l'entrée de la levada da norte. C'est plat tout le long du chemin; un seul passage difficile mais que l'on peut sans problème contourner par un petit chemin aménagé.



C'est donc ici le seul petit passage difficile mais on voit à droite un petit chemin praticable que j'ai choisi.

Beaucoup de fleurs, jolis paysages, parfois du soleil, nous sommes ravies!

On croise peu de monde, seulement deux touristes et un paysan qui travaille dans les champs.

La balade est plate, nous suivons la levada.

Ci-dessous, une vue magnifique sur la vallée.

Aller au haut