KELIKI est un petit village balinais traditionnel de peintres qui propose des hébergements chez l'habitant.

Il se trouve dans les rizières, à 10 km au nord d’Ubud ; on peut y séjourner chez l’habitant et participer à des circuits à la journée (nombreux), une balade dans les rizières, un trek de 3 jours ; on peut aussi peindre, apprendre à cuisiner balinais, faire de la moto, se balader à Ubud, …

Mais avant de montrer où je vis à Keliki et d’en expliquer le fonctionnement, je vous propose un petit tour dans les rizières à deux pas du village; Denik, l'un des peintres de mon balé m’y conduit.

Ca tombe bien, les rizières sont en eaux et le repiquage a commencé pour certaines. C’est un rude travail, les jambes des paysans s’enfoncent jusqu’aux genoux et ils restent voutés de longues heures ; à côté d’eux, une cagette contient les semis qu’il faut piquer. Dans un mois, tout aura bien poussé et formera un tapis vert, les plants auront bu toute l’eau.

 Les différentes étapes de la culture du riz :
http://www.paperblog.fr/1193184/la-culture-du-riz-de-a-a-z-en-images/

Mais revenons sur la KPS ou Village des Peintres de Keliki; cette initiative est née grâce à un Français, Yves, qui vit la moitié du temps à Keliki et gère bénévolement une organisation qui a pris beaucoup d’ampleur puisqu’il existe maintenant 29 chambres (mais disséminées ; ça ne fait pas village vacances, loin de là !) et fait vivre 35 familles balinaises, les familles qui hébergent les voyageurs et les nombreux taxis motos ou voitures, les masseuses, ceux qui donnent les cours de peinture, ...

Je loge dans la petite maison bleue qui appartient à Dolit. La chambre est toute simple mais la literie confortable; j'ai une salle de bains + toilettes attenantes :

IMG_0070

Photo prise la nuit de mon arrivée

IMG_0362

J'habite la petite maison aux volets bleus, à gauche de l'atelier de Dolit.

 

Une (toute) petite cérémonie Yves m’accompagne pour aller chercher une carte téléphonique quand tout d’un coup, nous voyons passer des femmes avec des offrandes sur la tête ; nous les suivons jusqu’au cimetière. Il s’agit d’une toute petite cérémonie pour une femme qui vient d’être enterrée.

IMG_0083

Pas de cérémonie sans musique

IMG_0084

  

 


Balade en scooter aux alentours d'Ubud/Keliki


Rizières de Pujung, 

Sculpteurs de bois,

Temple de Tirta Empul

Jardin agro-alimentaire avec terrasse
panoramique sur les rizières 

Sculptures Ade Mada 

Temple aquatique de Sebatu 

Musée Antonio Blanco à Ubud 

Les hérons de Petulu




Balade en scooter aux alentours d'Ubud/Keliki :


Je suis toujours à Keliki; c
ette fois-ci, on me propose Anom comme chauffeur ; oui bon mais celui-ci, assez timide en plus, ne parle ni anglais, ni français. Heureusement, Yves lui a dit où aller et moi, je parle un peu indonésien (Guide de conversation indonésien avec grammaire, Assimil, 9 Euros) et ça va beaucoup nous aider.

  • Rizières de Pujung à faire le matin, sans les touristesBoire un verre en terrasse panoramique devant les rizières. Possibilité aussi de marcher dans les rizières en terrasses.

La plupart des rizières dans ce coin-ci sont déjà bien vertes: les plants ont bu toute l'eau, c'est encore joli mais je préfère voir encore de l'eau dans les rizières.

Sculptures sur bois : aller voir le travail des artisans sculpteurs de bois.

Temple aquatique deTirta Empul : Temple et bains, à voir absolument. On vous prête un sarong pour entrer dans le temple. Ce qui est à voir ici, ce sont les bains sacrés. Tirtal Empul est un haut-lieu spirituel pour les Balinais. Vous pouvez vous aussi entrer dans les bains sacrés, il faut aller de la première fontaine à gauche jusqu'à la dernière, attendre devant chaque fontaine son tour et mettre sa tête sous la fontaine. 

  • Jardin agro-alimentaire : visite très intéressante où on vous montre la fabrication d’un café balinais pas comme les autres, à découvrir ! 50 000 roupies / 3,30 € pour une dégustation de ce café et d’autres cafés & thés sur une terrasse panoramique. Ce jardin permet une découverte des nombreux fruits et épices cultivés à Bali (poivriers, girofliers, caféiers, vanilles, gingembre,…) Mais le clou de la visite, c’est la fabrication d’un café spécial (très !) uniquement fabriqué à Bali, je n’en dis pas plus, c’est assez curieux …
    A la fin de la visite, une dégustation de cafés dont ce dernier et de thés est proposée pour la modique somme de 50 000 roupies sur une terrasse avec vue (magnifique)
  •  Sculptures Made Ada : sculptures particulières et gigantesques, beaucoup d’artisans au travail. Il parait qu'Obama est venu voir cet atelier ...
  • Temple aquatique de Sebatu :   à voir, très beau. C’est un temple garni de bassins, d’anciennes statues, dans une végétation luxuriante.



Pour visiter les temples, il faut 
un sarong; souvent, on vous en prête un mais pas toujours quand même. A prévoir dans vos achats.



****   Sebatu, ce n'est pas que le bassin aquatique. *****

 
Au moment où je le visite, les Balinais sont très affairés à la préparation d'une cérémonie qui les occupe une bonne partie de l'année. Les hommes sont en train de décorer le temple.



Comme dans d'autres temples balinais, le temple ou l'enclos du temple ne se réduit pas qu'à un seul bâtiment ou monument :


Musée  Antonio Blanco à Ubud 


Un peintre fou et talentueux, très !


Entrée  80 000 roupies / 5,5O € Comme il était trop tôt pour voir les hérons de Petulu, on a fait un saut à Ubud et j’ai souhaité voir un musée.  Celui-ci est vraiment étonnant et le jardin avec les oiseaux ravissant.

Antonio Blanco est un peintre philippin excentrique qui a vécu plus de 40 ans à Bali ; sa peinture s’en inspire beaucoup mais Antonio était aussi un admirateur de Dali. ... et des femmes! Ses peintures m’ont séduite.

A noter que tous les cadres sont très originaux, conçus par le peintre lui-même.



Les hérons de Petulu :

20 000 roupies / 1,50 € Il faut y aller pour 18 heures, en fin de journée.  C’est l’heure à laquelle les hérons et les aigrettes de presque tout le sud de Bali rejoignent leurs nids situés dans les arbres longeant la route principale du village de Petulu et donc viennent en masse se nicher sur les arbres. Ce phénomène n’est observable que depuis 1966.

 




Promenade dans les rizières

d'Ubud à Keliki


Je retrouve mon neveu Arnaud et son amie Alexandra à Ubud pour faire une belle balade dans les rizières d’Ubud à Keliki avec Pitri, une des Balinaises de Keliki. Pitri est une jeune maman très impliquée à KELIKI : avec son mari Riong, elle héberge des touristes, les conduit dans les rizières, donne des cours de peinture et fait la cuisine. Ca fait beaucoup !
150 000 ROUPIES / 10 € par personne pour cette sortie de  trois heures, un repas chez le guide à Keliki puis retour compris avec taxi.

La sortie va durer une bonne partie de la journée et notre guide nous suit au gré de nos humeurs.



Aujourd’hui donc, Pitri nous accompagne dans cette jolie balade ; à mi-parcours, elle dispose une offrande sur un petit monticule et prend le temps de faire une petite prière. La religion est très importante à Bali et, tous les jours, je vois des femmes munies de bâtons d’encens porter des offrandes sur des petits autels.





La religion occupe une grande partie de la vie des Balinais : la confection quotidienne des offrandes, les prières, les préparations de cérémonies et les cérémonies. A tout moment, ils peuvent quitter leur travail pour aller au temple. Je pense que le rendement au travail doit se faire ressentir …


Ici, la rizière n'est pas encore prête pour le repiquage.

Au premier plan à droite, les semis. Ils ont bien poussé et sont prêts pour le repiquage dans la rizière.



Les rizières sont magnifiques et nous ne nous lassons pas de les admirer. Nous voilà cependant arrivés à Keliki pour notre repas (un nasi goreng, pardi !). Mon neveu, qui ne connait pas le village, le visite avec intérêt puis choisit de dessiner une jolie danseuse balinaise sous la houlette des deux peintres Riong et Pitri.

                                                    D'autres photos de notre balade ici


2 heures de dessin/peinture avec  Riong et Pitri : 100 000 roupies / 6,65 € les 2 heures. Riong dessine le modèle choisi puis guide l’élève ; c’est un travail très minutieux et raffiné. L’élève repart  avec « son œuvre ».

A gauche, Pitri a rejoint Riong, son mari pour le cours de dessin.
A droite, mon neveu est concentré sur son dessin.


http://dolit-keliki-painting-school.wifeo.com

Le site de Keliki (plein d'infos, à lire complètement) + mes explications devraient vous donner une idée précise de ce qu'ils proposent.  

Les photos des chambres d'hôtes sont sur le site de la KPS Keliki : 
http://dolit-keliki-painting-school.wifeo.com/hebergement-au-village.php

Là où j'ai logé

Je loge dans la petite maison bleue qui appartient à Dolit. La chambre est toute simple mais la literie confortable; j'ai une salle de bains + toilettes attenantes


DIAPORAMA sur mon logement



Outre les massages, cours de cuisine, excursions et virées à Ubud, on peut aussi peindre à Keliki, sous la houlette des peintres. Cette activité est évidemment facultative mais fait le bonheur des enfants et parfois des plus grands!

2 heures de peinture avec  Riong et Pitri : 100 000 roupies / 6,65 € les 2 heures. Riong dessine le modèle choisi puis guide l’élève ; c’est un travail très minutieux mais magnifique. L’élève repart  avec « son œuvre ». Les enfants adorent cette activité. Riong peut vous fournir  l'encadrement.

Deux balés (groupes de maison dans une courette) et d'autres habitations disséminées dans le village.

Dans un des deux balés se trouve  le tableau des activités.

IMG_0532

 Le tableau d'activités en haut à gauche

Chacun s'inscrit à sa guise pour partir en balade (grande voiture 6 places) ou moto - surtout voiture. On peut aussi proposer un autre itinéraire. Les personnes intéressées peuvent aussi se rajouter, ça fait baisser les frais partagés entre le nombre de participants. Ca a l'air très organisé  comme cela mais c'est très détendu; ca se décide souvent la veille, voire le matin même.

A Keliki, on peut manger à toute heurechez son hôte mais aussi chez les autres hébergeurs. Les prix de la carte (nombreux plats) sont les mêmes pour toutes les cuisinières. 

Je vous conseille, comme cuisinières, Pitri et Ganyar mais Ganyar (qui parle bien français, en plus) est la spécialiste des crêpes !

A savoir : on peut manger sur les 2 grandes tables communes (une dans les 2 balés principaux) ou seul si l'on ne veut pas se mélanger. Pour ma part, étant seule, j'ai toujours mangé (et beaucoup sympathisé) avec d'autres voyageurs;l'ambiance y est conviviale, si conviviale qu'à la fin, je ne prenais plus que mon petit déjeuner chez Dolit, j'allais manger toujours ailleurs chez "mes nouveaux copains".

A savoir : on peut manger sur les 2 grandes tables communes (une dans les 2 balés principaux) ou seul si l'on ne veut pas se mélanger. Pour ma part, étant seule, j'ai toujours mangé (et beaucoup sympathisé) avec d'autres voyageurs;l'ambiance y est conviviale, si conviviale qu'à la fin, je ne prenais plus que mon petit déjeuner chez Dolit, j'allais manger toujours ailleurs chez "mes nouveaux copains".

BALI SOLO 

Juillet 2014

 -°-°-°-

 

Voilà, c'est décidé, je pars seule à Bali. Je connais déjà Bali (cf. mon carnet de voyage BALI 2009 sur ce blog) et je sais exactement ce que je veux voir et aussi ce que je veux revoir. En outre, je veux faire l'expérience d'un voyage en solo, en espèrant cependant ne pas me retrouver isolée.



Mon itinéraire :

7 jours à KELIKI (dans un village près d’Ubud) 
3 jours à SIDEMEN (rizières, campagne) 
4 jours à Ubud (ville) 
4 jours à Nusa Lembogan (mer, petite île) 
2 jours à Sanur (mer, proche de l’aéroport)


INFOS PRATIQUES : cliquer ici 








EST  DE BALI

 


Excursions en partant de Keliki

 Un autre jour, une autre escapade, en voiture :

Le lendemain, je pars direction est de Bali, mon programme est le suivant :

  • Le village traditionnel de Bali Aga,
  • Le temple de Kehen
  • La forêt de bambous attenante  
  • Le temple-mère Besakih, le plus grand temple de Bali
  • Le palais de justice Klungkung

 Nous sommes 3 avec le chauffeur Dolit chez qui je loge ; personne d’autre n’a voulu partir sur ce tour avec nous. Nous paierons donc chacune la moitié de 650 000 roupies. Plus on est (maximum 6 personnes), moins c’est cher et donc meilleur c’est !

  • Le village traditionnel de Bali Aga de Penglipuran:
    Ce village est peuplé par des Bali Aga, Balinais des origines, fuyant la progression de l’Islam au 14ème siècle. Les Bali Aga refusèrent l’influence des castes et les nouvelles règles indo-javanaises, en s’isolant du reste des Balinais.



On dirait un village modèle comme par exemple Locronan en Bretagne où tout est propre, soigné, comme pour recevoir des hôtes.
 

L’organisation des maisons de ce village reproduit la structure d’habitat originel qui remonte à des temps immémoriaux et ressemble étrangement à un « faré » polynésien.

Le village des Bali Aga possède une forêt de bambous qui s’étale sur 76 hectares ; le bambou est utilisé pour le bâtiment (charpentes), toitures, échafaudages et aussi la fabrication  de corbeilles, spécialité du village.  




Restaurant panoramique de Mahagiri :
Un buffet, je crois dans les 100 OOO roupies, est proposé ; basique en fait mais la vue sur les rizères est imprenable et vaut donc le détour. J'y avais déjà mangé il y a 5 ans, c'était mieux mais c'est devenu un lieu très touristique.



Le temple royal de Kehen :
Le temple antique de Kehen dont les origines remontent à l’âge de bronze est l’équivalent du temple de Besakih (en moins grand tout de même) pour le royaume de Bangli.


 

Le temple-mère Besakih :
Ce temple, le plus grand temple de Bali, rassemble 22 temples. Il est impressionnant et magnifique. 


Nous avons longuement hésité à y aller, des bruits - fondés - nous disant que là-bas on essayait de vous faire payer un guide, bref on vous force à payer ce qui est gratuit, une fois que vous êtes entré sur le site. Yves de la KPS nous a conseillé de ne pas regarder ces gens, de continuer notre chemin mais Dolit, notre chauffeur, connaît un prêtre à Besakih qui nous a fait la visite ce qui nous a permis de ne pas être importunées.

                   

Le palais de justice Klungkung
Je revois ce beau palais, le KERTAGOSA, avec grand plaisir. C’est une ancienne cour de justice avec son pavillon flottant entouré de nénuphars. Ce palais était autrefois le cœur politique et culturel de  l’île. On peut y admirer des riches peintures datant du 17ème siècle.  




Visite du temple ULUN DANU sur le lac BRATAN 

Ce temple est sur le lac Bratan, le second grand lac desservant en eau les rivières  et les canaux d’irrigation destinés aux 2 plus importes régions rizicoles. En cela, il possède un caractère sacré : la déesse Dewi Danu Bratan est honoré au Puri Ulun Danu.





Rizières de Jatiluwih

Rizières classées au patrimoine mondial de l’UNESCO
Contrairement aux rizières de KELIKI et d'UBUD, certaines rizières de JATILUWIH sont plus avancées dans leur croissance, elles forment déjà des tapis verts, les plants de riz ayant déjà absorbé l'eau de la rizière; c'est moins joli, enfin à mon goût ! Certaines sont encore en eau, cependant.

La superficie de ces rizières est plus importante mais le charme n'opère pas. Je ne suis ni surprise, ni émerveillée car j'ai déjà arpenté les rizières d'Ubud qui m'ont tant plu...Si vous y allez, renseignez-vous de l'état des rizières (en eau,vertes, prêtes pour la récolte).

Toujours les mêmes sourires! Peu de personnes travaillent dans les rizières mais celles-ci étaient en eaux et nécessitaient donc des soins.

Quelques rizières en eaux



UBUD, le retour après 6 ans :

- Premières impressions

- My tailor is rich

- Mon hébergement


Bien qu'ayant séjourné à KELIKI, je voulais retourner à Ubud que j'avais tant apprécié en 2009. J'avais lu dans beaucoup de forums qu'UBUD était en juillet/août surpeuplé (de touristes) et frisait l'asphyxie. Je peux confirmer !

Du monde partout ! Un bruit incessant des motos, les rues principales encombrées de voitures. Quel dommage ! Des touristes de tous les pays mais aussi beaucoup d'Asiatiques, venus en groupes.

De belles boutiques, de beaux magasins de vêtements (tous les styles, un bonheur pour les accros du shopping), on m'appelle pour un massage, un taxi mais c'est toujours proposé gentiment, souvent avec le sourire.

.

Au centre d'Ubud, le marché; Très fréquenté par les touristes, enfin surtout à l'extérieur, là où se vendent les souvenirs. Il faut pénétrer dans le marché, se perdre dans les venelles sombres ou dans les courettes. Aller voir le tailleur, au fond du marché, pour se faire faire un vêtement.

Dans cette courette aussi, on échappe au flot des touristes.


Moi, j'ai pris l'habitude quand je voyage en
Asie, de me faire tailler un habit; je suis donc allée chez un  tailleur du marché, tout au fond (si vous faites face au marché, il est tout à gauche juqte avant le Nomad Café, montez les marches puis tout droit sur 15 mètres, demand
er le tailleur Madé TANA.

Je viens d'acheter un tissu sur le marché, je lui donne le modèle du corsage que je souhaite qu'il me copie je reviendrai chercher le nouveau corsage le lendemain. Il me demande 100 000 roupies, il faudrait que je négocie à la baisse mais à quoi bon!



Au fait, je loge où? 
Des Québecoises, rencontrées au Rendez-Vous Doux (mais je vous parlerai de ce café plus tard) m'indiquent un petit hôtel sympa situé dans la Monkey Forest Road. Je réserve quelques jours à l'avance (avant d'aller à Sidemen).

L'hôtel, le WARSA'S est plaisant avec sa piscine et il est bien situé; il est en retrait de la rue et donc je suis au calme ! Ca fait du bien à Ubud. La Forêt des Singes est un peu plus bas, à deux pas. pour aller au centre ville (Ubud Palace), je mets 15 minutes à pied.

Ma chambre est spacieuse, simple mais pour 200 000 roupies, j'ai un bon lit, une sdb correcte, une terrasse personnelle (bien agréable) et la piscine en sus. Le ventilateur, je ne m'en sers pas. Il ne fait pas si chaud que cela, la nuit à Ubud. Le seul hic de la chambre, c'est qu'elle est mitoyenne à une autre chambre et malgré le mur de séparation, c'est comme je vivais avec mes voisins, dans leur chambre !!!!! C'est assez détestable. Mais il existe d'autres chambres dans l'hôtel sans voisin ! A prendre d'office pour éviter ce désagrément.

Ma chambre au Warsa

Ma chambre simple mais correcte, par contre sonore
(Préférez un bungalow sans voisins)



C'est le petit temple juste devant le marché. Je trouve que la photo ci-dessous symbolise bien Ubud et particulièrement Ubud : d'abord la moto omniprésente, bruyante et polluante et le culte que les Balinais vouent à leurs dieux. Ainsi cette dame sort du temple après y avoir déposé ses offrandes. d'autres offrandes sont visibles sous la statue.










QUE FAIRE A UBUD ?

 

Se promener seul dans les rizières : pas besoin d'accompagnateur, on ne peut pas se perdre et quel calme, quel bonheur! On n'entend seulement l'eau gargouiller et le vent frémir. (cf. page précédente)

Assister le soir à un spectacle de danses balinaises ou de kecak: Les deux spectacles sont très différents. Le premier vous permettra d'admirer la gràce des danseuses balinaises et évoquera des légendes du folklore local (difficilement compréhensibles, avec des personnages fantastiques) et le dernier est une danse où les hommes en rond scandent tchak tchak tchak. Les deux sont à voir.

Visiter la Forêt des Singes: lieu très très touristique. Belle forêt et beaucoup de singes qui peuvent être agressifs. Pour beaucoup de gens, c'est la sortie phare d'Ubud ... Personnellement, je trouve agréable de m'y promener mais sans plus.

Musée ANTONIO BLANCO (que j'avais été voir de Keliki) Mon coup de coeur; pas de photos à montrer car formellement interdit dans le musée. Pour moi, un incontournable.

-BALI BIRD PARK couplé au parc des serpents et alligators : une visite intéressante qui ravira les enfants. Il y a un restaurant à l'intérieur du Parc pour se rafraîchir ou se restaurer. Ne pas oublier de visiter la grande volière : il s'y trouve des oiseaux incroyables !

-2 spectacles sont proposés à heures fixes : un petit film en 3 D avec des oiseaux, destiné à un public enfants
- un spectacle de 20 mn de fauconnerie

Musée NEKA pour ses peintures traditionnelles balinaises et l'apport des peintres étrangers comme Arie SMIT. A voir après le musée Antonio Blanco. Un de mes coups de coeur!

 

-  Le marché : Il est placé au centre-ville, près de l'UBUD PALACE Il parait petit comme cela mais il faut entrer à l'intérieur et s'enfoncer dans ses ruelles. Des souvenirs à profusion mais aussi des légumes, fruits, tissus, épices, enfin tout ce qui fait un marché.

- Prendre un verre au café Lotus (juste avant de se balader dans les rizières) :
En plein centre ville, tout près du marché, voici un restaurant café qui ne laissera personne indifférent. S'asseoir et juste jouir de la vue... magnifique!

Manger/boire un coup au RENDEZ-VOUS DOUX (café français) 
 Mon Q.G. devient vite le RENDEZ-VOUS DOUX, un gentil/restaurant café qui se trouve dans la même ruelle que la Poste (KANTOR POS); continuer après le marché, rester sur la rue Raya, aller vers le Nomad, continuer et demander la Kantor Pos. Une fois arrivé à la Poste, continuer sur 100 m, le Rendz-vous Doux est du côté droit.

Là vous accueillera Thierry; Thierry est sympathique, adore discuter (et préparer ses jus de fruit qu'il oublie parfois de servir tellement il aime discuter et échanger avec ses hôtes). Il adore rigoler, il ne m'en faut pas plus pour y aller tous les après-midis que je serai à Ubud.

Thierry fait un échange/achat de livres d'occasion; bien pratique quand on voyage !

  







Trois itinéraires

de rizières

en plein centre d'Ubud

 
Mon DIAPORAMA (rizières dans et à proximité d'Ubud)



J'ai trouvé 3 itinéraires possibles pour entrer dans les rizières à partir de la rue Raya (centre-ville, non loin du marché)
 :



Comm
ent y aller ? 


Rizière n°1 
: UBUD PALACE (centre-ville) puis juste avant le LOTUS CAFE (très connu) : Prendre à DROITE cette ruelle aux dalles gravées puis tout au bout, c'est la rizière; c'est aussi le chemin pour aller à KELIKI mais sans guide, le chemin pour aller à Keliki n'est pas évident. Par contre vous pouvez vous promener et admirer les rizières proches d'Ubud.


Rizière N°2
 : UBUD PALACE puis CAFE LOTUS; faire un stop, boire un fresh juice tout près des lotus, admirez le temple Saraswati, une (ou plusieurs!) photo s'impose! J'aime toujours autant ce café, même s'il est cher.
PUIS continuer votre chemin; quelques mètres plus loin sur le même trottoir, vous voyez ce panneau :

Il est situé juste avant le musée PURI LUKISAN.

Allez-y, empruntez ce chemin tortueux sur 100 mètres; là enfin de belles rizières où vous ne verrez pas beaucoup de touristes, ils prennent un autre chemin (la rizière n°3). C'est magnifique et calme. Quelques Balinais travaillent dans leurs rizières.


Rizière n°3 :

Toujours pareil, Ubud Palace, puis passez devant le Lotus Café, continuez sur environ 100 mètres après la rizière N°2 puis vous découvrez ce chemin qui monte un peu :




Il faut 20 minutes à pied pour rejoindre le fameux restaurant, le SARI ORGANIC RESTAURANT. En fait, c'est un restaurant bio dans les rizières avec une jolie terrasse. Cuisine correcte, sans plus. On y vient surtout pour la vue sur les rizières, je suppose.




Les différentes étapes de la culture du riz expliquées ici :

http://www.paperblog.fr/1193184/la-culture-du-riz-de-a-a-z-en-images/




   
    SIDEMEN :
 


- Mon hébergement
- Préparation d'une cérémonie

- Combat de coqs
- Balade dans la campagne



Me voilà partie de KELIKI, je n'ai pas pu prolonger mon séjour là-bas ... alors je vais à SIDEMEN quelques jours dans un joli hôtel, le LIHAT SAWAH HOMESTAY 1. Je m'y plais tout de suite. Je paie 300 000 roupies la chambre avec ventilateur. Une belle surprise : une piscine à débordement.

Une belle piscine à débordement

Jolie petite salle à manger avec vue sur les rizières;
accès Wifi seulement à cet endroit.


A peine mes affaires déballées, je sors de mon bungalow et tombe sur Marine et son frère Arnaud qui me proposent de les suivre pour aller voir les préparatifs d'une "ceremony". La chance! C'est exactement ce que j'aurais aimé faire!

  

Décorations, offrandes, le temple se pare pour la cérémonie.

Et toujours des offrandes!

Le soir, nous y retournons car il y a un spectacle de danse et l'une des Balinaises nous y a conviés. Il suffit juste qu'on n'oublie pas de mettre notre sarong dans le sac, avec la ceinture ! En fait, je suis un peu déçue car ce ne sont pas les belles danseuses balinaises que j'espèrais voir mais un spectacle très drôle au demeurant mais auquel nous ne comprenons rien !

  

Mon premier combat de coqs : A côté du temple, du bruit, des clameurs, des combats de coqs. Seuls, les hommes assistent à ces combats qui sont - encore pour eux - l'occasion de parier. Chacun des coqs en lice porte une pointe acérée à la patte. Ca risque d'être sanglant. Les hommes appellent au pari, puis des cris, des clameurs, enfin, plusieurs minutes après, le combat; ça va très vite et ça se finit souvent mal!


Une balade dans la campagne, les rizières

L'hôtel m'a donné un petit plan; il s'agit d'une boucle à faire à pied en partant du Lihat Sawah, une petite boucle de 2 heures qui me fait passer dans la campagne, non loin des rizières et traverser deux villages perdus et visiblement bien pauvres.



Les rizières sont donc prêtes pour la récolte, en tout cas plus en eaux, ce qui est bien moins beau.

Donc les dates de plantation et de récolte sont différentes d'un endroit à l'autre de l'île. Alors que pour Ubud le piquage des semis dans l'eau se fait début Juillet, à Sidemen cela a été fait depuis longtemps. Le paysage est totalement différent! Pour moi, y a pas photo, les rizières en eaux, en phase de repiquage ou juste après, c'est bien plus esthétique!

.. Mais j'entends des cris d'enfants, une école ! L'occasion pour moi de donner au maître des coloriages et des crayons de couleur qui feront le bonheur des enfants.



Je deviens l'attraction... Une visiteuse étrangère dans une école perdue dans la campagne balinaise.


SIDEMEN SOLO Je n'ai pas le temps de défaire mes bagages que Marine et son frère Arnaud (originaires de Nice) me proposent d'aller voir une préparation de cérémonie. Quelle belle journée avons-nous passée ensemble! Puis, la veille de partir, je rencontre deux autres Québecoises, Alexia et Diana, passionnées de plongée (elles vont à Amed) et pleines de projets. On mange ensemble, discussions autour de Montréal, du Québec que je connais un peu, échanges de bons plans sur Bali.

 






 NUSA LEMBONGAN :


- Mon hébergement

- Quelles activités sur l'île?


- Mes infos pratiques


DIAPORAMA ci-dessus

                                 

QUE FAIRE A NUSA LEMBONGAN ?

- se balader dans le village : on peut se balader à l’intérieur du village, tout tranquille.

- se baigner : On peut se baigner à proximité de l'hôtel mais surtout à Mushroom beach après 15 h ou au Dreambeach mais aussi pas loin de l'hôtel, ou encore demander aux hôtels qui ont des piscines de vous en permettre l'accès. Dreambeach est en fait une crique, une toute petite plage.

- Nusa Lembongan est dédié à la plongée, le snorkeling et le surf. Ca commence bien, je ne fais ni l'un ni l'autre mais j'adore voir les surfeurs prendre la vague; c'est un spectacle dont je ne me lasse pas. Cependant, à Nusa Lembongan, il faut aller loin dans la mer pour plonger, snorkeler et surfer! Il faut prendre un bateau.

- aller voir les fermiers de la mer, oui, les pêcheurs d'algues! En sortant de l'hôtel longez la mer direction la mangrove (à l’opposé de l'embarcadère) par le petit ponton pendant un bon bout de temps, vous verrez les pêcheurs d'algues en action. Vous en verrez d’autres aussi vers le pont (direction Nusa Ceningan).

- faire un tour de l'île à moto (ou à vélo); pour la moto, la location est de 60 000 roupies. Moi je préfère louer une moto avec le chauffeur. Il m'en coûtera 125 000 roupies pour 4 heures de balade avec au final, coucher de soleil sur la Dreambeach.

Le beau Risal (employé au Bunga Bungalo, le spécialiste de la pâte à pizza) est mon chauffeur. Nous partons vers le sud de l'île. Juste avant le pont en suspension qui relie Nusa Lembongan à une toute petite île, Nusa Ceningan, encore des pêcheurs d'algues ! Ils sont très actifs, les pieds dans l'eau, souvent courbés et travaillent en silence. Risal me dit qu'ils gagnent bien leur vie.  J'ose l'espérer car cela doit être épuisant.

Puis, nous prenons le petit pont, seul passage possible entre les deux îles. Nusa Ceningan est toute petite et les gens doivent être bien isolés, peu de boutiques, des bois, beaucoup de broussailles partout et une route complètement défoncée; je suis bien contente de n'avoir pas conduit là-dessus.



Traitement des algues

Les algues poussent en eau peu profonde, fixées sur des cordelettes tendues entre de petits piquets plantés sur le fond. À marée basse, on peut se promener parmi ces lopins de sable.

Les algues une fois séchées sont exportées partout dans le monde. On en extrait une sorte de gélatine qui est utilisée dans l’industrie agroalimentaire ou cosmétique. Elle sert à épaissir les glaces et certains produits laitiers, elle remplace la matière grasse dans les produits de régime, et constitue un liant naturel pour divers gels et crèmes de beauté.

Nusa Lembongan Solo

Au début difficile, personne à qui parler pendant presque 3 jours : je me sens mal, transparente puis discussion un soir avec Lotte (Danoise) et son mari Nick (Irlandais) vivant au Togo et travaillant pour une ONG.

Enfin une autre et belle rencontre, Miriam dite Mimi, une Française, enseignante, partie se changer les idées en Asie : on a papoté et papoté et on s'est trouvé, entre autres, une passion commune pour les jeux (les miens, les siens) et on a joué, joué et encore joué. Le lendemain matin, elle est revenue à mon hôtel prendre son petit déjeuner avec moi juste avant mon départ; elle en a profité pour me montrer ses jeux et on a encore joué! Une belle rencontre, vraiment !

Infos pratiques : NUSA LEMBOGAN (4 nuits)

Comment y aller ? Il faut prendre le speedboat (plus cher mais plus rapide) à Sanur. Le trajet en mer dure à peine 30 minutes mais le speedboat est un véritable tape-cul.

HOTEL BUNGA BUNGALO
mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
En arrivant en bateau, à gauche, faire 50 mètres en longeant la mer, c’est là ! Très bien situé, terrasse surplombant la mer.tenu par un Français Louis Fontanier, homme courtois.
chambre  à 250 000 roupies, ventilateur, rez de chaussée près de la terrasse. Une chambre air conditionnée aurait été préférable. bonnes pizzas, « vegeterian curry sauce noix de coco » délicieux

Pour aller d’Ubud à Nusa Lembongan puis de Nusa Lembonga à Sanur, je demande un prix à l’agence voisine, juste  à gauche de l’hôtel ; le matin, on me dit 600 000 roupies mais le soir, quand j’y retourne, je paie 400 000 roupies !

Une fois arrivé à Lembongan et la veille de votre retour vers Sanur, confirmer à la compagnie de speedboat votre horaire de départ du lendemain pour qu’ils viennent vous chercher à l’hôtel. Reconfimer le matin du départ car ils m’avaient oubliée !

Retour sur Sanur en speedboat :  un taxi vous amène directement et gratuitement dans votre hôtel s’il est à Sanur.

SPEEDBOAT : Ames sensibles, s'abstenir! Plus rapide que le bateau traditionnel mais la traversée n'est pas agréable; la coque du speedboat tape violemment sur les vagues, j'ai l'impression qu'elle cogne du béton.








MON  PREMIER VOYAGE


A BALI

JUILLET 2009



Mon carnet de voyage : Cliquer ici



BALI 2014 : Itinéraire, Infos Pratiques et Bonnes Adresses  

C'est mon deuxième voyage à Bali; comme pour le premier en 2009 (en bas de cette liste), je relate mon voyage en y ajoutant itinéraire, adresses de mes logements, curiosités, balades et bonnes adresses. Bon voyage virtuel !


KELIKI : Logement chez l'habitant

Je loge cette fois-ci une semaine à KELIKI, un petit village balinais tout près d'Ubud; nos hôtes seront nos chauffeurs, nos guides, nos cuisiniers,...  Inoubliable!


KELIKI, comment ça marche ? 

Qu'y fait-on? Où loge-t-on? Quelles activités? Prix? Toutes les questions que l'on peut se poser ...

Première Balade dans les rizières d'Ubud à Keliki

Nous partons la journée avec Pitri de Keliki; au cours de la balade, nous voyons le travail du repiquage dans les rizières.


Ubud : Impressions et mon logement 

Après 5 ans d'absence, je retourne à Ubud. Je n'y retrouve pas l'ambiance de 2009, Ubud a beaucoup changé.

UBUD : 3 itinéraires dans les rizières 
 
Au centre-ville d'UBUD et sans guide dans les rizières, j'ai testé 3 itinéraires bien agréables. Suivez le guide! 


Balade en scooter autour d'Ubud

Entre autres visites, Tirta Empul et le palais aquatique de Sebatu. On a même le temps de passer à Ubud voir les toiles d'un peintre Antonio Blanco très imaginatif.

 


Que faire dans la ville d' UBUD ?

Comme je connais déjà Ubud,  je vais me concentrer sur quelques visites; pour savoir tout ce qu'on peut faire àUbud, se reporter à mon carnet de voyage Bali 2009, en bas de mon menu d'articles sur Bali.


Excursion dans l'Est de Bali

Visites, entre autres du temple de Kehen, du village de Bali Aga, du plus grand temple de Bali, le Besakih


Rizières de Jatiluwih

Ce sont les plus grandes rizières de Bali. D'Ubud, il y a bien 2 heures de trajet en voiture pour les joindre.


L'île de NUSA LEMBONGAN

mini-séjour balnéaire, mangrove et pêcheurs d'algues

 

Mon premier voyage à BALI en 2009

Voici donc mon carnet en 2009 qui vient compléter mon voyage de 2014. Entre autres, Amed, Tirta Gangga, Kertagosa, Ujung Palace et aussi une préparation de cérémonie et une cérémonie à Padang Bai.

Aller au haut